Osteopathie

L’ostéopathie est un thérapie manuelle préventive et curative fondée en Juin 1874 par le Docteur américain Andrew Taylor Still.

Elle est apparue en France dans les années 1960 grâce à des praticiens formés au Royaume-Uni ou aux USA.

« Lostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles den altérer l’état de santé« .  C’est ainsi que le Référentiel Métier Ostéopathe® définit la profession.

 

 

 

L’Ostéopathie est un art qui repose sur une science et utilise des techniques.

Elle est exercée par des praticiens de talent et de conviction.

L’ostéopathe détecte les déséquilibres et les tensions qu’il libère grâce à ses perceptions et son toucher particuliers, en allant au-delà du symptôme, pour remonter à sa cause jusqu’à des traumatismes récents ou anciens, parfois passés inaperçus.

Exclusivement manuelle, l’Ostéopathie est une discipline précise, minutieuse et exacte.

L’UNITE DU CORPS

Toutes les parties du corps étant reliées entre elles par l’intermédiaire des tissus organiques qui le composent, le corps constitue une unité fonctionnelle indissociable, ainsi qu’une identité, une spécificité propre à chacun. Dès qu’une structure du corps présente une perturbation dans son fonctionnement, cela retentit sur le fonctionnement de structures situées à distance par le biais de ces corrélations tissulaires.

LA STRUCTURE GOUVERNE LA FONCTION

Comme deuxième principe, Still a établi que les structures du corps et les fonctions qu’elles doivent remplir sont interdépendantes. (« Toute maladie remonte à quelque désordre mécanique dans la machinerie du corps humain »). Cette approche posait la nécessité de rechercher et corriger les irrégularités dans les structures qui composent le corps, pour améliorer ses fonctions. Pour agir sur cette structure, Still utilisa les os car ils sont facilement accessibles sous la peau et qu’ils servent de point d’attache au muscles et aux organes. D’où le terme ostéo/pathie, combinaison des mots grecs osteon os et pathein souffrir ; l’utilisation des os pour soigner. Il faut une intégrité de notre charpente afin de conserver la liberté de mouvement de nos tissus. Dès qu’une structure qui compose le corps humain commence à perdre de la mobilité, la fonction qu’elle est sensée remplir pleinement est perturbée, diminuée, entraînant un trouble fonctionnel.

LA CAPACITE DAUTO GUERISON

Le corps a compétence pour élaborer et fabriquer ses propres substances pour lutter contre les maladies et les troubles toxémiques, cela dans un espace environnemental cohérent. Les principes dadaptation et dimmunité corporelle dépendent de lintégrité des mécaniques du corps.

Lostéopathe choisit la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient, en fonction de son âge et de sa morphologie et de la zone du corps à corriger, il peut donc traiter le nourrisson, lenfant, ladulte comme la personne âgée.

 

Une consultation ostéopathique commence toujours par une anamnèse, littéralement « Histoire de la maladie ». Il s’agit d’un interrogatoire qui a pour but la description du motif de consultation et des antécédents du patient afin de replacer la douleur dans l’environnement global du patient. Celle-ci permet également déterminer précisément les indications et contre-indications de sa pratique.

Dans un deuxième temps, l’ostéopathe effectue des tests spécifiques, afin de détecter les zones du corps en restrictions de mouvement, susceptibles d’altérer l’état de santé du patient. Grâce à ses mains expertes, l’ostéopathe va chercher, trouver, harmoniser l’ensemble des structures perturbées dans leur mobilité.

Dans un dernier temps, l’ostéopathe va alors choisir les techniques les mieux adaptées pour chaque au patient pour le traiter. Les gestes thérapeutiques sont le plus confortables et le plus indolores possible, ils font appel à la mobilité propre de chaque tissu.

Une consultation ostéopathique dure trois quart d’heure à une heure.

Il est préférable, après une séance d’ostéopathie, de ne pas faire d’efforts violents ou de sport, pendant 48h, afin de ne pas perturber la bonne auto-guérison du corps.

L’ostéopathie peut prendre en charge les troubles:

  • De l’appareil locomoteur : cervicalgies, torticolis, dorsalgies, douleurs intercostales, lumbago, entorses, accidents musculaires, conséquences de coup du lapin/accidents de la voie publique/chocs/chutes/fractures…
  • Du système nerveux: sciatiques, cruralgie, névralgie cervico-brachiale, migraines et maux de tête, fourmillements, névralgie d’Arnold, névralgie faciale, troubles du sommeil, anxiété,
  • Du système digestif : douleur d’estomac, reflux gastro-oesophagien, difficultés à digérer, constipations/diarrhées, ballonnements…
  • Du système génito-urinaire : dysménorrhées fonctionnelles (douleurs du cycle), dyspareunies mécaniques (douleurs au rapport), dysurie (douleurs en urinant) , cystites/infecions urinaires à répétition, difficultés à tomber enceinte…
  • De la bouche et de la sphère ORL : préventions des sinusites et otites répétitives, acouphènes, vertiges fonctionnels.
  • Du système respiratoire : prévention des bronchites répétitives.

L’ostéopathie peut aussi aider en phase post-chirurgicale pour éliminer les tensions des cicatrices et des adhérences sur tissus environnants.

Ainsi que les manifestations rencontrées par le bébé après la naissance : troubles du sommeil, agitation, régurgitations, coliques, plagiocéphalies …

L’ostéopathie a également un rôle préventif, en remédiant aux petits “blocages” mécaniques avant qu’ils ne deviennent symptomatiques.

Dans ce cadre, une séance semestrielle est recommandée.

En aucun cas la consultation chez un ostéopathe ne remplace celle de votre médecin traitant. Il faut garder présent à l’esprit que les symptômes cités précédemment peuvent être causés par des pathologies organiques n’étant pas du ressort de l’ostéopathe.

Voici à quel moment, votre ostéopathe ne sera pas en possibilité de vous aider:

Les ostéopathes ne traitent pas, de manière générale, toutes les urgences.

Il peut s’agir :

  • de fractures ;
  • de trauma-crânien ;
  • d’AVC (accident vasculaire cérébral) ;
  • de dissection aortique ;
  • d’hémorragie ;
  • de phlébite ;
  • de colique néphrétique ;
  • d’appendicite ;
  • de péritonite ;
  • de hernie discale avec des signes neurologiques, etc.
  • de crise cardiaque ;
  • De même, en cas d’importante altération de l’état général, le praticien redirigera le patient vers les services compétents.